logo-onu-230x50

Aquaculture en Méditerranée

L’aquaculture fait partie des systèmes de production alimentaire qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Selon les dernières statistiques mondiales sur l’aquaculture compilées par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la production totale mondiale a atteint un nouveau record historique de 114,5 millions de tonnes de poids vif en 2018, pour une valeur totale de 263,6 milliards USD. La production totale se compose de 82,1 millions de tonnes d’animaux aquatiques (250,1 milliards USD), de 32,4 millions de tonnes d’algues aquatiques (13,3 milliards USD) et de 26 000 tonnes de coquillages et perles ornementales (179 000 USD) (graphique 1).

Graphique 1: Production d’aquaculture et industrie de la pêche au niveau mondial, 1980-2030 (Source: FAO)

 

Dans la région méditerranéenne, l’aquaculture joue un rôle majeur dans la croissance économique et la sécurité alimentaire d’une population croissante, tout en réduisant la dépendance vis-à-vis des stocks sauvages surexploités. Elle s’est développée à un rythme soutenu au cours des 20 dernières années, avec un taux de croissance annuel moyen de 5 % entre 1994 et 2015. La production totale de poissons et de crustacés issus de l’aquaculture s’élève à environ 2,4 millions de tonnes. (Graphique 2).

 

Graphique 2: Production aquacole dans les pays méditerranéens par type de milieu. Toutes les espèces et milieux sont inclus. La zone statistique de l’Atlantique est exclue. (Source: produite par CGPM d’après les données FishStat et SIPAM, 2019)

 

Cette croissance pose des défis nombreux et complexes en matière de durabilité, ce qui explique pourquoi des initiatives stratégiques majeures de coopération régionale développées ces dernières années ont abordé la question de l’aquaculture durable en Méditerranée. Les dernières communications de la Commission européenne, ainsi que la création du nouveau Fonds européen pour la pêche maritime et l’aquaculture (FEAMP) pour la période de programmation 2021-2027, témoignent de la volonté d’évoluer vers une aquaculture durable au niveau de l’UE et, par conséquent, au niveau méditerranéen.

 

Les activités du Plan Bleu: Elaboration d’une feuille de route pour une aquaculture durable en Méditerranée 

Dans le cadre du programme de travail 2020-2021 du PNUE/PAM adopté lors de la COP21 de la Convention de Barcelone, le Plan Bleu a été chargé d’élaborer une feuille de route pour le développement durable du secteur de l’aquaculture en Méditerranée.  Le Plan Bleu a mis en place un processus participatif pour développer cette feuille de route avec l’établissement d’un groupe multi-acteurs d’une centaine de représentants du secteur privé, d’autorités locales, nationales et régionales, d’ONGs, de chercheurs ainsi que d’organisations internationales oeuvrant dans le secteur. Deux communautés de projets Interreg Med, dont fait partie le Plan Bleu, sont également partenaires de cette initiative: la communauté croissance bleue et la communauté méditerranéenne pour la protection de la biodiversité. Le processus d’élaboration de la feuille de route est co-financé par le Mediterranean Trust Fund, le Fonds européen de développement régional et l’Agence Française de Développement.

 

Objectif

Basée sur une vision à long terme partagée au niveau régional pour l’aquaculture en Méditerranée (côtière et off-shore), cette feuille de route vise à favoriser la transition vers la durabilité, à accroître la visibilité et à rendre opérationnels des approches, méthodes, outils et pratiques innovants afin de relever les défis prioritaires posés par l’expansion de l’aquaculture marine en Méditerranée.

 

Principales étapes clés

  • Novembre 2020 : Deux ateliers organisés en partenariat avec la FAO/GFCM, OuestMed et UICN Med pour :
    se mettre d’accord sur les principaux défis de gouvernance/environnementaux/économiques/sociaux posés par le secteur de l’aquaculture en Méditerranée ;
    -identifier pour chaque défi des approches/outils/technologies/pratiques innovantes en tant que solutions prometteuses.
    -Établissement d’un groupe de travail (environ 150 personnes).
    -Identification de neuf défis prioritaires sous les 4 piliers (gouvernance, environnement, économique, social)
  • Novembre 2020 – Janvier 2021 : Élaboration d’un premier document et définition d’une vision commune pour une aquaculture durable en Méditerranée.
  • Janvier 2021 : Première réunion du groupe de travail et retours sur le premier document.
  • Février 2021 – Mai 2021 : Consolidation de la feuille de route.
  • Mai 2021 : Atelier de travail et présentation de la version consolidée au groupe de travail.
  • Septembre-Novembre 2021: Finalisation de la feuille de route et communication autour des principales recommandations
  • Décembre 2021 : Présentation de la feuille de route à la COP22 de la Convention de Barcelone à Antalya en Turquie.

Le document final (versions anglaise et française) est disponible ici.

 

Prochaines étapes (2022-2023)

Le Plan Bleu développe actuellement deux projets pour une mise en œuvre concrète de certaines recommandations/innovations de la feuille de route dans les pays du sud de la Méditerranée (par exemple le Maroc, la Tunisie) et favoriser ainsi le transfert de connaissances entre les rives nord et sud de la Méditerranée. Si vous souhaitez être partenaire de ce(s) projet(s), n’hésitez pas à contacter Dr Céline Dubreuil, Directrice des programmes au Plan Bleu: cdubreuil@planbleu.org 

En savoir plus sur ce thème

Chiffres clés :

  • 78% des stocks de poissons (évalués) sont surexploités dans la région Méditerranéenne
  • Quatre pays représentent environ 82 % de la valeur totale de l’aquaculture en Méditerranée : la Turquie a la valeur la plus élevée, environ 670 millions de dollars, suivie de la Grèce, l’Italie et l’Espagne.
  • Le secteur de l’aquaculture représente 313 000 emplois directs et indirects dans les pays méditerranéens et de la Mer Noire
  • La production aquacole dans les pays riverains de la Méditerranée et de la mer Noire a été multipliée par 4 entre 1996 et 2016, et devrait dépasser 4 600 000 tonnes pour la période 2020-2030
  • D’ici 2025, l’aquaculture devrait fournir plus de 50 % de tous les poissons utilisés pour la consommation humaine.

Liens utiles

Construisons ensemble l’avenir de la Méditerranée