logo-onu-230x50

Les projet PSAMIDES et la Communauté Croissance Bleue favorisent la durabilité du secteur des croisières et de la navigation de plaisance en Méditerranée grâce à des solutions concrètes

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook

La Méditerranée est la première zone de destination des croisiéristes européens, et le deuxième plus grand marché au monde. La mer Méditerranée est également une destination populaire pour la navigation de plaisance. La plupart des bateaux de plaisance qui circulent en Méditerranée font moins de 24 mètres de long, mais le nombre de grands yachts augmente, suivant les tendances mondiales. Bien que leurs normes de durabilité aient considérablement augmenté, les tendances à la hausse de ces secteurs, ainsi que plusieurs pratiques courantes dans le secteur, constituent une menace sérieuse pour les écosystèmes marins et côtiers de la Méditerranée. 

Afin d’encourager et de soutenir la transition de ces deux secteurs vers la durabilité environnementale et sociale, le projet PSAMIDES et la Communauté Interreg Med Blue Growth ont organisé ensemble un événement de capitalisation, hybride, afin de mettre en avant les recommandations clés et de présenter des solutions concrètes développées dans le cadre de ces projets. 

La conférence s’est déroulée dans le cadre d’”Escale à Sète”, une fête maritime internationale qui se déroule du 12 au 18 avril 2022 dans le port de Sète. Une centaine de participants de 15 pays méditerranéens ont assisté à notre événement de capitalisation, dont 50 à distance. L’événement de capitalisation a débuté par l’intervention de deux intervenants de haut niveau, Monsieur Jean-Claude Gayssot, Président du Port de Sète – Sud de France et Monsieur Sébastien Denaja, Conseiller régional de la Région Occitanie pour la délégation Europe et Coopération Internationale. 

L’événement était structuré en deux sessions principales et deux tables rondes. La première session a ouvert une réflexion sur l’impact économique et environnemental de la croisière et de la navigation de plaisance en Méditerranée : 

  • A cet égard, Dr Céline Dubreuil, du Plan Bleu, a évoqué les principaux défis environnementaux et sociaux auxquels sont confrontés les secteurs de la croisière et de la navigation de plaisance tels que l’altération des fonds marins, la collision avec les cétacés, la pollution atmosphérique ou la pollution sonore tout en analysant la croissance des secteurs de la croisière et de la plaisance ainsi que leurs perspectives d’avenir en Méditerranée. Enfin, elle a présenté des mesures et des innovations techniques pour atténuer l’impact environnemental des croisières et de la navigation de plaisance, comme la réduction de la vitesse des navires, les activités de sensibilisation ou l’utilisation d’applications mobiles (par exemple Donia).

 

  • Cette analyse sectorielle a été suivie d’une description des principaux défis pour les ports de petite et moyenne taille, présentée par Enric Martínez, de Ports of Catalonia. Au cours de sa présentation, il a souligné deux aspects majeurs de ces ports. Premièrement, les petits et moyens ports doivent changer, en passant d’infrastructures à de véritables clusters. Deuxièmement, ces ports doivent recentrer leur mission vers des services à valeur ajoutée pour les utilisateurs et la société. Ces éléments, ainsi que l’innovation, la durabilité et la nécessité d’améliorer la gouvernance, figurent parmi ses recommandations finales. 

 

  • Dans le même ordre d’idées, Linos Voskarides, de la DG Affaires maritimes et de pêche de la Commission européenne, a mis l’accent sur la stratégie de l’UE visant à stimuler la création d’emplois dans le secteur touristique et à réduire l’impact négatif de la pandémie dans ce secteur. Il a souligné l’intérêt de l’UE à promouvoir une nouvelle approche durable du tourisme et, par extension, à œuvrer pour une croisière durable. En ce sens, il a expliqué le nouveau concept de l’UE pour les « Ports Bleus Durables » et l’intention de jouer un rôle clé en tant que plaques tournantes pour l’économie bleue, l’économie circulaire et la navigation de plaisance.

 

Au cours de la deuxième session, les partenaires du projet MED Communauté Croissance bleue et PSAMIDES ont présenté leurs principaux résultats ainsi que les lignes directrices d’une stratégie commune pour une gestion plus efficace des flux touristiques en Méditerranée. 

 

  • Ainsi, concernant la Communauté de la Croissance Bleue, le Dr Céline Dubreuil a annoncé la sortie officielle des « Lignes directrices pour la durabilité des croisières et de la navigation de plaisance dans la région méditerranéenne« . Ce travail a été réalisé par le Plan Bleu dans le cadre du projet de la Communauté Croissance Bleue en partenariat avec deux autres communautés Interreg Med : la Communauté pour la protection de la biodiversité et la Communauté pour le tourisme durable. Une approche participative a été privilégiée pour sa rédaction à travers la création d’un groupe multi-acteurs qui a rassemblé plus de 100 acteurs méditerranéens (représentants des autorités portuaires, des activités de croisière, des autorités locales, des chercheurs, de l’industrie nautique, des associations environnementales, des observatoires du tourisme, des gestionnaires d’AMP, des consultants). Ces lignes directrices fournissent des informations ciblées sur les objectifs de durabilité et les pratiques durables pour les secteurs des croisières et de la navigation de plaisance, et visent à soutenir les principaux acteurs impliqués dans la promotion de la transition à long terme des deux secteurs vers la durabilité. 

 

  • Ensuite, Mireia Boya, de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, a expliqué comment le projet PSAMIDES a connecté le monde des affaires avec les ports de petite et moyenne taille à travers des outils et des solutions innovants : premièrement, une « banque de ressources » avec des catalogues liés à l’innovation, aux technologies et aux services ; deuxièmement, un livre blanc sur « Comment améliorer les formes de collaboration dans les ports de plaisance mediterranéen de petite et moyenne taille, vers la durabilité, l’innovation ouverte et la compétitivité » ; troisièmement, l’organisation d’un « Matchmaking pour les autorités portuaires et les fournisseurs numériques ». Grâce à ce matchmaking, le projet a abordé les problèmes de faible spécialisation, de manque de données, d’infrastructures obsolètes, de faible niveau d’investissement, etc. Les partenaires de PSAMIDES ont mené des actions visant à relever trois défis : La transformation numérique; l’innovation ouverte et collaborative; et la construction d’une approche multi-niveaux. 

 

  • Ensuite, Olivier Carmes, Directeur Général du Port de Sète-Sud de France, a présenté la stratégie de décarbonation du port. L’objectif est l’écologisation du port par la création d’infrastructures pour le transport durable, la mise en œuvre d’applications d’énergies renouvelables, principalement des panneaux photovoltaïques, une flotte de véhicules électriques, la réduction des émissions par l’utilisation d’hydrogène vert, des piles à combustible, la connexion électrique à quai, des solutions innovantes (par exemple, un navire piloté à propulsion électrique, le traitement des eaux usées) et la gestion environnementale. Le port de Sète-Sud de France a été récompensé à plusieurs reprises pour ces activités.

 

En outre, les partenaires du projet et les parties prenantes du secteur privé ont participé à deux tables rondes :

 

  • Lors de la première table ronde consacrée aux discussions sur  » l’économie circulaire dans le secteur des croisières et de la navigation de plaisance « , Emmanuel Maniscalco de la CRPM a présenté le rapport  » Une économie bleue circulaire pour la Méditerranée : pratiques actuelles et opportunités  » coproduit par la Communauté de la croissance bleue et l’initiative SwitchMed. Ce rapport vise à décrire l’état des lieux du développement de l’économie circulaire dans certains secteurs de l’économie bleue en Méditerranée et sera publié dans les prochaines semaines. Deux solutions innovantes mises en avant dans ce rapport ont été présentées : tout d’abord, la technologie « rComposite », un nouveau composite durable qui résout le problème de la fin de vie de la fibre de verre dans l’industrie nautique. Cette innovation a été présentée par Fabio Bignolini de Northern Light Composites, une PME innovante basée en Italie. Ensuite, l' »initiative Bathô » pour la réutilisation de vieux bateaux a été expliquée par Thibault Saint-Olive du Chantier Bathô, un chantier naval alternatif français.

 

  • Enfin, la deuxième table ronde était consacrée aux solutions innovantes mises en œuvre dans différents petits et moyens ports dans le cadre du projet PSAMIDES. Cette table ronde a été l’occasion d’en savoir plus sur les dernières innovations technologiques des petits et moyens ports méditerranéens. Par exemple, la « technologie IoT », présentée par Fabien Luais du Port de Sète, est un outil basé sur des capteurs capables de fournir des informations sur la consommation d’énergie, les mouvements des bateaux et des informations sur la sécurité à l’intérieur des bateaux touristiques aux autorités portuaires locales. Un autre exemple est le cas du port d’Héraklion en Crète, présenté par Minas Seimenis, où la « technologie IoT » a été installée pour transmettre des données à des tiers et introduire un nouveau service d’application mobile pour les utilisateurs des marinas.

 

Pour conclure cette table ronde, tous les représentants des petits et moyens ports ont souligné la nécessité d’investir dans les innovations technologiques et, surtout, la nécessité de poursuivre la coopération et la collaboration fructueuses initiées lors du projet PSAMIDES. 

 

Découvrez la vidéo de l’événement :

 

 

Agenda 

Lignes directrices pour la durabilité des croisières et de la navigation de plaisance dans la région méditerranéenne

Photos