Biodiversité

La Méditerranée : un patrimoine naturel unique et menacé

Avec sa grande diversité de paysages et d’écosystèmes, le bassin méditerranéen est un point chaud de la biodiversité mondiale.

Alors que la Méditerranée représente moins de 1 % de la surface mondiale des océans, elle constitue un des réservoirs majeurs de la biodiversité marine et côtière ; 25 à 30 % d’espèces endémiques, 10 % des espèces marines connues dans le monde. La diversité de la flore méditerranéenne est également exceptionnelle: sur environ 25 000 espèces originaires de la Méditerranée, plus de la moitié est endémique de la région. Enfin, les écosystèmes méditerranéens accueillent chaque année des millions d’oiseaux migrateurs venant d’Europe et d’Afrique.

Malheureusement, les pressions exercées sont importantes : sur 4000 espèces animales évaluées depuis 2004, 20 % sont menacées d’extinction. Ce phénomène est étroitement lié aux diverses pollutions et au changement climatique qui ont des impacts considérables sur la Mer Méditerranée, ainsi qu’à la surexploitation de ses ressources par l’homme.

C’est dans ce contexte que le Plan Bleu développe plusieurs initiatives en collaboration avec ses partenaires, pour atteindre les objectifs suivants :

Soutenir une gestion durable des aires protégées pour la protection de la biodiversité

Afin de protéger la biodiversité méditerranéenne, des initiatives sont mises en place pour augmenter la surface ou le nombre d’aires protégées et pour en améliorer leur gestion et leur gouvernance.

C’est dans ce cadre que le Programme Interreg Med 2014-2020 a créé une Communauté de projets pour la protection de la biodiversité en Méditerranée, animée par le projet PANACeA, dont le Plan Bleu est partenaire. Ce projet vise à promouvoir les efforts de mise en réseau et de gestion dans les aires protégées pour une protection renforcée de la biodiversité méditerranéenne, notamment en capitalisant sur les résultats des 9 projets thématiques de la Communauté. Ces derniers sont axés sur des problématiques variées, allant de la gestion intégrée des aires protégées à la lutte contre les pollutions marines, la gestion durable de la pêche ou encore celle des banquettes de posidonies en Méditerranée. A travers ce projet, le Plan Bleu et ses partenaires cherchent à améliorer la gouvernance dans les aires protégées et au-delà de ces aires, tout en accordant une grande importance à la transférabilité des résultats obtenus vers les pays du sud et de l’est de la Méditerranée.

Une autre piste explorée pour répondre au besoin d’une gestion plus efficace des aires protégées est de recourir aux capacités techniques et financières du secteur privé. Dans cette optique, le Plan Bleu mène en partenariat avec l’Agence Française de Développement  un projet exploratoire sur la mise en place de partenariats public-privé (PPP) pour la gestion d’aires protégées dans des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée. Le but de cette initiative est de promouvoir un modèle de PPP adapté aux aires protégées méditerranéennes sur la base d’une expérimentation dans un ou plusieurs sites pilotes.
 

La mise en valeur des écosystèmes et des services rendus

Valoriser les services rendus par les écosystèmes méditerranéens peut également contribuer à la protection de la biodiversité. Le Plan Bleu participe à des études dont le but est de favoriser une meilleure connaissance et reconnaissance de la valeur de ces services, tant économique que sociale, et une meilleure coordination des acteurs, afin d’améliorer la gestion et la conservation des écosystèmes.

Dans le cadre d’un projet sur les écosystèmes boisés en collaboration avec la FAO, le Plan Bleu incite les acteurs à prendre en compte la valeur des biens et services fournis par les espaces boisés méditerranéens dont d’autres secteurs de l’économie bénéficient (tourisme, élevage, eau, etc.). L’étude propose également des modes de gouvernance participatives adaptés aux différents contextes. Ce projet a pour but de fournir une aide pour les processus de prise de décision et de renforcer les actions d’appui à la gestion durable de ces écosystèmes.

A travers le projet Med-ESCWET, le Plan Bleu promeut le rôle des zones humides comme outils d’adaptation au changement climatique. Ce projet s’appuie sur les fonctions des zones humides dans la régulation du climat et dans l’atténuation des effets du changement climatique. Le projet développe une approche fondée sur les écosystèmes, et évalue l'efficacité des infrastructures naturelles par rapport aux infrastructures artificielles, jusqu'à présent largement privilégiées.

 

Chiffres clés

50 % des zones humides méditerranéennes ont disparu 

1 500 000 tonnes de poissons sont pêchées chaque année en Méditerranée

En 2016, les Aires Marines Protégées et les Autres Mesures Spatiales de Conservation couvrent 7,14 % de la Mer Méditerranée

Au moins 40 espèces envahissantes affectent les communautés locales et les habitats marins de la Méditerranée

10 % des espaces forestiers sont protégés

 

Partenaires

CAR/ASPFAOMedPANUICN MedSilva MediterraneaTour du Valat, WWF Med

 

En savoir plus

PANACeA

Projet PPP

Med-ESCWET

Projet sur les écosystèmes boisés

Aires Marines Protégées

 

Publications

L’apport économique des zones humides méditerranéennes dans la régulation du climat (Note n°33)

Forêts méditerranéennes : un pas de plus vers une meilleure reconnaissance de leur valeur économique et sociale et vers une gouvernance participative et territoriale renforcée

Etat des lieux du cadre juridique
des PPP pour la gestion des
aires protégées dans le Sud et
l’Est de la Méditerranée

 

Autres liens utiles

WWF Mediterranean report - Results 2016

UICN video infographie 2016: The Mediterranean Hotspot: from knowledge to action to preserve its biodiversity

MedPAN, PNUE/PAM-CAR/ASP, 2016 : Le statut des Aires Marines Protégées de Méditerranée en 2016, Résultats principaux

UICN, 2008 : The Mediterranean: a biodiversity hotspot under threat

 

Contact

Nelly Bourlion