Pour une meilleure gestion des déchets urbains

La gestion des déchets n’est pas qu'un défi technique. Inventorier et comprendre les impacts environnementaux et sanitaires, les paramètres financiers et économiques, les éléments sociaux et culturels ainsi que le cadre politique et légal, est indispensable.

Une aspiration pour des modes de consommation non durable

Le changement des modes de consommation, notamment par l’intermédiaire des importations et l’importation de produits manufacturés, induit un changement de la composition des déchets. Dans la plupart des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, on note une nette régression de la proportion biodégradable des déchets au profit d’une part de plus en plus grande des plastiques et autres matériaux synthétiques.

La production de déchets augmentera plus vite que le nombre d’habitants au Moyen Orient et en Afrique du Nord, même si la quantité produite par habitant demeure plus basse que dans les pays de l'OCDE. Ainsi, en Tunisie, l’évolution du volume de déchets est actuellement de 3 %/an. La consommation à fort potentiel de déchets et la production des déchets devraient progresser principalement en zone urbaine.

Un objectif ambitieux de réduction de la production des déchets

Partie intégrante de la question du développement urbain durable, la problématique des déchets urbains a été identifiée comme une priorité à la fois dans le cadre la Convention de Barcelone, dans différentes initiatives initiées au sein du Partenariat euro-méditerranéen et enfin dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée.

La Stratégie méditerranéenne de développement durable fixe des objectifs de réduction de moitié du taux de progression des déchets urbains et des quantités de déchets dangereux, et propose des mesures de prévention à l’horizon 2015.

Programme déchets urbains et esquisse d’analyse par les flux de matières en Méditerranée

Le Plan Bleu a engagé un programme de travail (2009-2012) avec le soutien de Veolia Environnement visant à objectiver l’évolution des déchets urbains, sur les plans tant quantitatif que qualitatif, s’articulant autour de :
1. Quatre études nationales incluant une étude de cas sur une ville : Egypte/Le Caire, Tunisie/Bizerte, Turquie/Bursa.
2. Une étude régionale sur les analyses des flux afin de disposer de données physiques en amont de la production des déchets et d’offrir une analyse du potentiel de production de déchets.
3. Un atelier de restitution visant à dresser un bilan de la situation dans la région et d’envisager les perspectives d’approfondissement ouvertes par les études.
 

Chiffres clé

Une moyenne de production de déchets municipaux dans l’Union euroéenne de l’ordre de 500 kg/habitant/an contre 250 kg pour les pays du Maghreb

Une augmentation de la production de déchets par habitant de 15 % au cours des dix dernières années dans les pays du Sud et de l’Est méditerranéen

Au Moyen Orient et en Afrique du Nord, une production de déchets de près de 135 millions de tonnes par an en 2025 contre 63 millions actuellement

Partenaires

Pour en savoir plus