L'accélération des changements climatiques dans le bassin méditerranéen engendre des risques croissants pour l'homme et la nature

Les récents changements climatiques ont des impacts plus importants sur le bassin méditerranéen qu’auparavant, ce qui pose des problèmes supplémentaires dans un environnement également affecté par d’autres problèmes tels que le changement d’utilisation des sols, la pollution et le déclin de la biodiversité. C'est ce que démontre une étude récente des experts du réseau MedECC, dont le Plan Bleu accueille le secrétariat depuis mai 2018, qui vient d'être publiée dans la revue Nature Climate Change

Les changements climatiques s’accélèrent dans le bassin méditerranéen. Ils exacerbent d’autres problèmes environnementaux déjà existants comme les changements dans l’utilisation des sols (urbanisation, agriculture intensive), la pollution croissante et le déclin de la biodiversité. Pour l’eau, les écosystèmes, l’alimentation, la santé et la sécurité, les risques pour la population autour de la Méditerranée accroissent systématiquement au cours des prochaines décennies. Wolfgang Cramer, Directeur de Recherche au CNRS à l’IMBE (Aix-en-Provence), le coordinateur de la synthèse, publiée dans la revue Nature Climate Change, souligne, « La température annuelle a déjà augmenté de 1.4°C depuis l’ère préindustrielle, soit 0.4°C de plus que la température globale. Durant les deux dernières décennies, la surface de la Méditerranée s’est élevée de 60 mm accompagnée d’une acidification significative. »  Même avec un réchauffement global futur limité de 2°C, les précipitations estivales risquent fort de diminuer de 10 à 30% selon les régions, aggravant les pénuries d’eau et une décroissance forte de la productivité agricole, surtout dans les pays du Sud. Le niveau de la mer est aussi en accélération et risque de dépasser les estimations récentes en touchant une large population localisée sur les côtes par des inondations côtières importantes. La santé humaine est également touchée (infections, maladies cardio-vasculaires et respiratoires). Dans des pays politiquement fragiles, les risques socio-économiques avec leurs corollaires (guerres, famines et migrations) sont de plus en plus attribuables aux changements d’environnement. Pour faciliter les réponses des décideurs politiques à ces risques, un effort de synthèse des connaissances scientifiques existantes est mis en place par le réseau MedECC (Mediterranean Experts on Climate and Environmental Change). Fort de près de 400 scientifiques réunis en connexion avec des organisations des gouvernements et d’acteurs sociétaux, il vise à produire un premier rapport d’évaluation du risque environnemental et climatique en région Méditerranéenne.

Lire l'article

Voir également les autres articles publiés récemment par le MedECC : http://www.medecc.org/?page_id=723

Contacts :

Wolfgang Cramer, CNRS, IMBE, Aix-en-Provence, wolfgang.cramer@imbe.fr, tel +33-6-82-04-35-95, https://www.imbe.fr/wolfgang-cramer
Joël Guiot, CNRS, CEREGE, Aix-en-Provence, guiot@cerege.fr, tel +33-6-22-91-18-44, http://www.otmed.fr/people/guiot-joel

© Photo : Photograph courtesy Sarah St.Arnaud, Tour du Valat, Arles, France