Vers la mise en place d'indicateurs d’efficacité énergétique dans les pays du sud et de l’est de la Méditerranée

La conception, la mise en place ou le suivi et l’évaluation de toute politique de maîtrise de l’énergie requièrent des indicateurs pertinents reflétant la réalité des performances énergétiques.

Des indicateurs pour concevoir et suivre les politiques énergétiques et climatiques

Pour les pays en développement et en particulier pour ceux de la rive sud de la Méditerranée, la mise en place de systèmes d’information sur les indicateurs de maîtrise de l’énergie et leurs pendants en matière d’émissions de gaz à effet de serre va être une condition clé pour le développement des mesures d'atténuation appropriées au niveau national (MAAN), dans le cadre des négociations sur le climat. Les indicateurs sur l’efficacité énergétique sont aussi essentiels pour leur suivi et pour l’évaluation des Plans d’Action Nationaux pour l’amélioration de l’Efficacité Energétique (PNAEE) en cours d'élaboration dans le cadre de la Directive arabe sur l'efficacité énergétique.

Diffuser la culture des indicateurs énergétiques dans la région

Le RCREEE (Regional Center for Renewable Energy and Energy Efficiency) et le Plan Bleu avec le soutien du projet MED-ENEC, ont conduit depuis fin 2009 un projet visant à la mise en place d’indicateurs d’efficacité énergétique dans 10 pays des rives sud et est de la Méditerranée (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Liban, Territoires Palestiniens, Jordanie, Syrie et Yémen).

Sa mise en œuvre a été basée sur la contribution de 10 équipes nationales composées d’un point focal représentant l’administration en charge de la politique énergétique dans le pays et d’un expert indépendant travaillant en tandem pour la collecte et la validation des données, le calcul des indicateurs et l’élaboration du rapport national. 

Pour dépasser les difficultés et renforcer les acquis

  • Pérenniser le processus au sein des pays en transférant la poursuite du travail engagé à une institution nationale existante ou à créer.
  • Approfondir le travail de collecte de données au niveau sectoriel (industrie, bâtiment et transport).
  • Instaurer progressivement une coopération régionale sur les indicateurs énergétiques.
  • Consolider et structurer le réseau d’expertises créé à l’occasion du projet sous forme de réseau régional (comme partie d’un ou plusieurs autres réseaux régionaux sur l’énergie).
  • Promouvoir la coopération internationale et la coordination avec les autres initiatives.

Chiffres clé

Consommation annuelle moyenne d’électricité : 824 KWh/habitant en 2000, à 1 338 KWh en 2009, soit + 62 %
 
Consommation d’énergie du secteur résidentiel : environ +5 % par an entre 2003 et 2009
 
Nombre de voitures dans la région : 8,7 millions en 2003,
13,1 millions en 2009, +7 % par an
 
Intensité énergétique primaire : -6 % entre 2003 et 2009 par amélioration de l’efficacité du secteur de la transformation (4,7 %) et diminution de l’intensité énergétique finale (6,8 %)
 
Emissions moyennes de CO2 par habitant dans la région : environ 2,6 teCO2, moyenne de l’OCDE (11 teCO2)

Partenaires

En savoir plus